Gabon: des gendarmes inculpés pour vol

La scène que l’on vient de vivre dans la commune d’Owendo qui s’est soldée par l’arrestation de voleurs et de leurs complices forces de l’ordre et de sécurité, dont les éléments impliqués dans la sordide affaire ont été livrés au tribunal par leur hiérarchie.

Enfin, l’épilogue du vol d’un coffre-fort intervenu le 3 octobre 2021 au magasin CKDO face à la direction générale de la société Pétro Gabon à Owendo. L’on se souvient que les 4 millions que contenait ledit coffre-fort avaient été emportés par des voleurs tombés après une tentative de fugue dans les filets tendus par des agents commis à la tâche. Suite aux enquêtes diligentées pour en déterminer les responsabilités, les nommés Mengome Brice alias Eva Brice, Beta Bessono Brice alias Boby, Ntountoume Antony Julwiss Melvin, Samy Kouenzy Brandon, Abessolo Nguema Gabriel Brayan alias Gaby et Diakité Mamadou, sont passés aux aveux.

Curieux lorsqu’en poursuivant l’enquête à travers leurs auditions, l’on apprendra que des gendarmes cités nommément, à savoir Maganga Albin Noël, Kakina Pitty Yannick alias Justice, (commandant la brigade de Ntoum), et Moupoumbou Mike Kevin, ont plongé dans ce scandale révélé au juge d’instruction qui avait déjà décidé de la mise sous mandat de dépôt des premiers présumés coupables du vol. Une situation que n’a pas pu tolérer l’inspection technique de la gendarmerie nationale qui a, pour laver cet affront et montrer combien elle peut être républicaine, juste et professionnelle, présenté ses éléments devant le parquet de la République qui a immédiatement ouvert une information judiciaire démontrant leur culpabilité à partir du moment où ladite information établissait des faits accablants contre les gendarmes qui ont reconnu avoir cassé le coffre-fort, ce qui à suffisance établissait leur culpabilité et leur collusion d’avec les malfrats. Du coup, les gendarmes suscités vont devoir répondre de malversation, d’association de malfaiteurs, de vol aggravé, de complicité de vol aggravé et de recel. Des faits qui, s’ils sont avérés, leur ouvrent grandement les portes de la prison centrale de Libreville. Ce mercredi 1er décembre 2021, ils ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction.

 

 

 

Chartrin ONDAMBA

Redacteur en chef adjoint